Revenue de deux semaines de folie, la peau cramée par le soleil, un record de marche jamais atteint jusque là. Et la tête encore brouillée de musique soca, j’ai du mal à me dire que ce carnaval de Trinidad et Tobago, soit fini ! Je suis en plein mood « tabanca » et Trinidad me manque déjà.
Pour la deuxième année consécutive j’ai eu la chance de pouvoir y vivre ma meilleure vie pendant la saison du carnaval. Et si je peux vous dire une chose, c’est que je me suis amusée comme jamais.

Les origines du carnaval de Trinidad et Tobago


Trinidad et Tobago est la terre source du carnaval de style caraïbéen qui ne se résume pas à porter des plumes et des strings pour parader dans les rues (il en va de même pour les autres îles des Caraïbes).

Les origines du carnaval de Trinidad et Tobago sont nées au 18ème siècle par les Français qui avaient colonisé le pays. Les Français ont apporté leurs traditions culturelles et leur langue sur l’île et l’une des traditions était les fêtes privées et les bals masqués appelés fêtes à la période du Carême.

Il était interdit aux esclaves africains d’assister à ces célébrations, alors ils organisèrent leurs propres fêtes appelées canboulay. Lors de leurs célébrations de canboulay, les esclaves se moquaient du comportement et des tenues de leurs maîtres, en les imitant, ce qui a conduit à la création du concept «Mas». C’est-à-dire, jouer la mascarade.

Chaque chose qui compose le carnaval aujourd’hui – les costumes, les personnages traditionnels, les fêtes, la musique, les formes d’art, le steel pan – a de profondes racines culturelles, et reflètent l’histoire distinctive de Trinidad et Tobago. En plus de toute cette richesse culturelle le carnaval de de Trinidad
et Tobago a la particularité d’être ouvert à tous.

Sources : Trinidad Carnival 2020: what you need to know, Everything we need to know about Trinidad and Tobago carnival

J’ouvert, le début des festivités dès les petites aurores

Guide du Carnaval de Trinidad et Tobago. Jouvert avec Night Owlztt

Cette partie du carnaval est celle que je préfère parce qu’elle est pleine de symboles et de tradition !
Le nom J’ouvert tire son origine du français « jour ouvert », et marque le commencement du carnaval. Le jour qui précède Mardi Gras. Cette partie traditionnelle du carnaval commence vers deux heures du matin et se termine après le lever du soleil (vers 9 heures du matin).

Le principe est de se balader dans les rues pour se balancer de la boue, du chocolat, de la farine et ou de la peinture à l’eau tout en dansant sur les rythmes de la soca. (Retrouvez plus de détails sur les origines de J’ouvert ici).

Une J’ouvert MÉMORABLE !

Chose assez dingue cette année , j’ai eu l’honneur d’être Committee member de Night Owlztt, le band local avec qui j’avais fait la J’ouvert l’année dernière.

La folie a donc débuté à Saint James, le lundi 24 février aux environs de quatre heures du matin. Accompagnée de Ambre, mon partner in crime de carnaval, je me dirige vers le rassemblement des staff de Night Owztt. Une soupe au maïs pimentée (plat local à déguster en tout temps) pour me réchauffer un peu et je commence à munir ceux qui partageront la road avec nous de sticks fluorescents. Le thème du band cette année était le néon.

Jusqu’aux premières heures de ce Lundi Gras, tout mon être était plein de good vibes.

On me place sur le chart des lanceurs de boue et de peinture. Feux d’artifices dans le ciel, me voilà embarquée dans un camion, munie d’un fusil à eau, entourée de barils et de sceaux remplis de peinture et de boue. La musique explosait déjà des charts qui transportaient les bass et platines des dj.

I love J’ouvert to death!

Dès que le camion a commencé à avancer je n’ai pas cessé de danser. Les hits soca de cette année sont une vrai tuerie. Je me suis tellement amusée à dégainer de la boue et de la peinture sur les gens. Puis les rejoindre dans les rues pour danser. C’était l’euphorie totale. Cette J’ouvert m’a procuré une joie indescriptible. Le plaisir de revoir des connaissances, les sourires et l’amusement non stop. Bref le Bacchanal à l’état pur. On était comme des dingues avec Ambre.

Jusqu’aux premières heures de ce Lundi Gras, tout mon être était plein de good vibes. Une énergie communicative qui ne laissait pas indifférent les gens sur la road. Le pouvoir de ces moments là est aussi de créer du lien avec les gens qu’on ne connaît pas et de s’amuser ensemble.

CE QU’IL FAUT SAVOIR POUR FAIRE LA J’OUVERT


Guide du Carnaval de Trinidad et Tobago. Jouvert

PAYER SON PACK
Il faut payer son pack auprès d’un band (le prix varie en fonction des bands). Ce pack comprend en général votre bracelet à porter preuve de votre achat. Boissons alcoolisées et softs distribuées non stop pendant la road. De quoi manger. Et quelques goodies en plus d’un t-shirt.
Par exemple le pack de Night Owztt est de 80€ et comprend boissons (soft et alcools) à volonté, goodies et t-shirt.

Le paiement de votre pack se fait la plus part du temps en ligne. Le pack est à récupérer sur place moyennant le justificatif de votre paiement ( E-mail et ou qr code faisant foi en plus d’une photo de votre pièce d’identité).

Surveillez bien la sortie des packs avant qu’ils ne soient sold out ! Des le mois de septembre il faut « yeuter » le band qui vous intéresse. Pour ça Instagram ou Facebook restent vos meilleurs alliés. (Les packs partent très vite il faut être très connecté pour ne pas louper sa place).

PROTÉGER SES CHEVEUX
Si vous ne voulez pas qu’ils soient plein de boue ou de peinture les

PERSONNALISER VOTRE TENUE
La plus part de bands offre un t-shirt, faites preuve de créativité et customiser le ! C’est la tradition !

LES BANDS AVEC LEQUELS FAIRE SA J’OUVERT
Night Owlztt
A.M Bush de Caersar Army (le plus populaire pour les touristes)
Dirty Medics

Sinon vous pouvez tout simplement demander aux habitants s’il y a une J’ouvert d’organiser dans le quartier où vous résidez.

MES RECOS

  • faire une J’ouvert avec un band local pas trop gros de préférence. Il n’y a pas mieux comme expérience. Vous pourrez ainsi retrouver autant de locaux que de touristes (en tout cas pas une majorité de touristes).
  • J’ouvert n’est pas obligatoire beaucoup choisissent de ne pas la faire. Notemment pour être frais et reposés pour le Carnival Monday (j’en parle juste après). Mais le principe d’un carnaval et surtout celui de Trinidad et Tobago est « Soca or Die ». Autrement dit, soit on choit de profiter jusqu’à plus savoir comment on s’appelle soit on choisit de se reposer. Perso, si je fais un carnaval J’ouvert est indispensable sans quoi ce n’est pas vraiment un carnaval.

Carnival Monday, la parade du lundi.


Carnival Monday la parade du lundi, carnaval de Trinidad & Togabo

Le Carnival Monday est une sorte de pré-parade. Le lundi qui précède le Mardi Gras, (jour de la parade officielle), les masquareders envahissent les rues de Trinidad.
Dès que la J’ouvert débute, le marathon des deux jours du carnaval est bel et bien commencé !

10h du matin, à peine revenues de notre J’ouvert, on est passée au mode décrassage de la boue et de la peinture qui recouvraient nos corps.
Le temps d’enfiler notre Monday wear spécialement choisie pour l’occasion et nous voilà en voiture pour rejoindre le band de Tribe avec qui nous paradions cette année.

Je nous revois, tous marcher dans les rues de Port of Spain avec ce sentiment de bien-être et de liberté qui envahissaient nos coeurs.

Le Carnival Monday est une opportunité de plus de s’amuser à fond avant la grande parade.

Nous avions une heure de retard, trop saucées par la J’ouvert de Night Owlztt pour ne pas la faire jusqu’à la fin ! Mais on a vite rattrapé le cortège de Tribe grâce à notre chauffeur.
Un passage par le chart qui distribue le petit déjeuner et nous voilà d’attaque pour de nouveau winer sans s’arrêter.
Avec Ambre on a donc dévalé les rues tout de blanc vêtues. Je me suis sentie comme une reine. Et c’est ce qui est génial avec le Carnival Monday on a pas encore notre costume mais on se sent au top. Interpellées par d’autres masqueraders pour des photos en cours de route, nous voilà à winer sur les notes de soca que j’adore.

Je nous revois, tous, marcher dans les rues de Port of Spain avec ce sentiment de bien-être et de liberté qui envahissaient nos coeurs. Sous un soleil de plomb, le kiffe est de pouvoir danser sans se soucier de rien si ce n’est de s’amuser. Le plus galvanisant est de partager cette même vibe avec tous ceux présents sur la road.

Carnival Tuesday, le jour de la parade


Certainement le jour le plus attendu pour beaucoup de femmes qui participent au carnaval de Trinidad et Tobago. Pourquoi ? La parade est une très belle façon de rendre hommage à la femme dans toute sa beauté. C’est je crois, une des choses qui fait la force du carnaval à Trinidad. L’acceptation du corps de la femme dans toutes ses formes (petits, ronde, skinny, …) Quand on parade on n’a pas honte de son corps bien au contraire !

Le Carnival Tuesday est l’ultime occasion pour les masqueraders de profiter de la road. Avec Ambre on était tellement contentes d’être là.

Tout l’air de Trinidad s’est imprégné de l’ambiance joviale que j’ai pu ressentir dès le début où j’ai posé mes pieds sur l’île. Ca y est on y était, on allait parader au paradis de la soca. Mon costume sur le dos, le soleil sur ma peau, les autres bands, les touristes tout comme moi, les locaux dans les rues, … tout se conjuguait parfaitement à cette célébration massive culturelle.

On a marché, on a beaucoup marché. Mais on a aussi dansé, ri, pris des photos avec qui le voulait… On a défilé et vécu probablement les instants de joie les plus mémorables de notre vie.

Guide du carnaval de Trinidad et Tobago

Mon costume

Cette année j’ai embarqué avec Tribe, le plus gros de tous les bands si je ne dis pas de bêtises. Leur thème était les Légendes de l’Orient. Parmi toutes les sections il y avait un costume que j’aurais voulu porter pour la parade. Les circonstances ont fait que j’ai dû en choisir un autre dans la section Siana. Mais en toute franchise le choix de mon costume final est certainement le meilleur !

Les costumes de la section Siana ont été réalisés par Solange Govia. Une styliste locale de costume assez réputée et talentueuse. Pour des raisons pratique et économique j’ai préféré être en backline et de ne pas porter de plumes.

Ce n’est pas tant les plumes qui font le costume mais plutôt celle qui le porte.

Au moment d’enfiler ma tenue de parade, j’ai choisi de modifier quelques détails pour encore plus m’approprier mon costume. Le bijou fait pour la tête est devenu le collier que je portais au cou. Et la pièce qui devait habiller le bas arrière de ma taille est devenue le bijou que je portais sur la tête.

L’effet était de toute beauté. Les détails et les couleurs sont tellement beaux. J’adore ce costume. Même sans avoir de plumes on peut se sentir la reine de la road. Croyez-moi ! Ce n’est pas tant les plumes qui font le costume mais plutôt celle qui le porte. C’est certainement à ça qu’on reconnait aussi la beauté d’un costume.

Guide du carnaval de Trinidad & Tobago, Tribe
Guide du carnaval de Trinidad et Tobago
Guide du carnaval de Trinidad et Tobago
Guide du carnaval de Trinidad et Tobago

Le passage sur le stage

Le Socadrome ou le stage, représente le moment ultime de la parade du mardi. Jury, public et télévision nationale sont réunis pour regarder, juger et mémoriser les passages de chaque band.

A l’arrivée au passage du Socadrome, chaque groupe invite ses masqueraders à rejoindre leur section.
La nôtre était au taquet ! On attendait qu’une chose c’est de fouler le sol du stage et d’exploser en folie sous les la pluie des confettis ! On a eu la chance d’avoir sur le chart de notre section Shall Marshall qui nous a bien chauffé avant de tout donner.

Le passage au Socadrome, certainement la chose la plus symbolique de toute la parade du carnaval de Trinidad et Tobago.

Ce que j’ai ressenti au moment d’y mettre les pieds était comme une grande excitation. C’est THE moment. Celui où on montre à tous comment on apprécie le carnaval de Trinidad et Tobago. A cet instant on ressent comme une explosion d’euphorie. On voudrait que ça ne s’arrête jamais alors que le passage sur le stage doit se résumer à quelques minutes.
Cela est assez difficile à expliquer en fait. Je pense vraiment que c’est une chose à vivre.

Guide du carnaval de Trinidad & Tobago, Soca Drome
Guide du carnaval de Trinidad & Tobago, Soca Drome
Guide du carnaval de Trinidad & Tobago, Socadrome
Guide du carnaval de Trinidad & Tobago, Soca Drome

Mes impressions sur Tribe

Pour une première avec le band Tribe je ne suis pas déçue. On m’avait mis en garde sur le fait que ce band est blindé de monde. Mais tout s’est très bien déroulé (même si c’est vrai qu’en fin de road le mardi on s’est sentie un peu oppressée par le monde présent). En termes d’ambiance on s’est vraiment bien amusées.
Le point de départ et l’heure donnés pour débuter la road sur les deux jours de carnaval ont été respectés (en comparaison à l’année dernière avec Harts où c’était un peu cafouillage). Et on a bien été gâtées niveau pack.

CE QU’IL FAUT SAVOIR POUR ÊTRE UNE QUEEN DE LA ROAD


1. LES BANDS LES PLUS POPULAIRES AVEC QUI DÉFILER

  • Tribe (l’inconveniente avec ce band est qu’il y a énormément de monde. Si vous êtes comme beaucoup à parader avec les plumes pour les photos mieux vaut faire ça le matin, pour profiter à fond après, avec risque de les casser).
  • Lost Tribe (se rapproche beaucoup de la tradition niveau stylisme des costumes)
  • Rogue (C’est un jeune band de deux ans à peine. J’adore la com qu’il sont fait cette année à destination de leurs masqueraders).
  • Yuma
  • Bliss
  • Harts (un peu bobo sur les bords)
  • Ronnie and Caro et Legacy (les plus authentiques)

Autrement, vous avez des bands 100% locaux dont les costumes sont moins chers. Là il faut généralement voir directement sur place.

2. QUAND ET COMMENT ACHETER SON COSTUME POUR LE CARNAVAL DE TRINIDAD ET TOBAGO ?

  • Dès la fin du mois d’août les bands commencent à annoncer les sections des costumes. Il faut suivre leur annonce sur leurs comptes Insta. Je recommande de vite faire son choix pour ne pas perdre de temps au moment de l’achat.
  • Faire sa demande d’accès à l’achat à un Committee member : pour cela pas besoin de le connaître personnellement. Je recommande de demander directement au band qui vous intéresse le nom de l’un d’entre eux. (Perso je les contacte direct sur Insta). Une fois que le Committee member a accepté votre demande vous recevez un email qui vous confirme l’accès à l’achat de votre costume.
  • Mode de paiement : il faut compter entre 650 et 1000€ à plus pour acheter un costume. Vu les sommes la plus part des bands propose le paiement en plusieurs fois en ligne.
  • Au cas ou vous avez manqué le tir pour acheter le costume de vos rêves, vous pouvez aller sur le site  Fine ah Band. Il vous propose d’acheter un costume à quelqu’un qui n’est plus intéressé et qui le vend. 

3. A QUOI CORRESPOND L’ACHAT D’UN COSTUME ?

Guide du carnaval de Trinidad & Tobago, Tribe

A propos du costume : vous pouvez choisir de prendre la base du costume et d’ajouter des pièces en fonction de vos envies. (Nous sommes plusieurs à se plaindre de la qualité des costumes chaque année. Réalisés essentiellement en usine, il arrive qu’on les récupère avec des défauts, des pièces manquantes ou qu’ils ne soient pas assez solide pour la road. Côté messieurs, on est beaucoup aussi à trouver aberrant de réduire un costume à un short de bain. Ce qui est le cas pour plusieurs bands).

Si vous avez une poitrine généreuse je vous recommande de choisir pour le haut un soutien plutôt que le pire bra (la structure en métal).
Pour le bas si vous êtes pudique, choisissez le slip bikini (sachant que c’est ce que j’avais… ou taille haute). La tailles de ces deux éléments varient en fonction des bands et malheureusement vous n’êtes pas à l’abri de vous retrouver avec trop petit si vous prenez votre taille normale. Du coup certaines hésitent pas à remplacer par une article qu’elles ont acheté de leur côté en plus de leur costume.

Ce qui accompagne le costume :

  • Des goodies : pour Tribe cette année les femmes ont eu droit à des baskets, un sac de sport, une groupe métallique, un jar. (Les goodies sont différents en fonction des bands et de si on est une femme ou un homme).
  • Boissons avec et sans alcool à volonté : ce sont des boissons de très bonnes marques, type Redbull pour n’en citer qu’un. (Les repas sont aussi un autre problème remonté par certains qui ne comprennent pas pourquoi il n’y a pas l’option « avec ou sans alcool » pour éviter de payer autant que ceux qui en boivent, au moment du paiement).
  • Repas et collations : accessible depuis les charts dédiés et valables pour la Monday et le Tuesday Carnival. Au moment de passer au paiement on vous offre la possibilité de choisir entre un repas végétarien ou avec viande. De mémoire je ne crois pas que les allergies soient prise en compte.

    Sur les deux jours de carnaval on a une pause déjeuner dans un espace prévu à cet effet où on peut se coucher, dormir s’asseoir et bien-sûr manger. (Autre sujet de mécontentement la rupture de stock des plats. Ce qui a été le cas pour nous avec Tribe. C’est pas vraiment cool quand normalement le band est censé anticiper ses stocks en fonction du nombre de masqueraders qui paradent avec lui).
  • Une équipe de sécurité : qui s’assure de la sécurité des masqueraders. Il y a ceux qui tiennent les cordes qui limitent les cortèges et ceux qui circulent entre les masqueraders, dont des agents de police.
  • Des toilettes mobiles
  • Un service d’aide médicale
  • Des commodités féminines : lors de la pause déjeuner avec une zone de retouche, une de massage, de collage de raccommodement de costume. Un camion où laisser ses plumes quand elles commencent à peser lourd.

4. ÊTRE READY ET LES ESSENTIELS POUR LA ROAD

Guide du carnaval de Trinidad et Tobago
  • Les bracelets qui justifient l’achat de son costume : l’un pour montrer à quel band on défile. L’autre pour un accès aux boissons et aux repas. Sans ces deux bracelets vous allez devoir faire appelle à des responsables qui gèrent ce type de problème. Donc à pas oublier les deux jours de carnaval !
  • Son téléphone chargé à bloc : essayez de l’utiliser le moins possible pour joindre vos compagnons de route et appeler un chauffeur pour rentrer (un chargeur mobile est aussi pratique au cas où)
  • Une mini pochette ou banane : pour mettre ses bricoles dedans; l’idéal est d’en avoir une qui va avec la couleur de son costume.
  • Une paire de lunettes de soleil : pour les sensibles des yeux et pour celles qui marquent vite des yeux (c’est quand même mieux d’avoir un air cool et pas fatigué pour les photos).
  • Des chaussures confortables : sinon vous allez pas pouvoir tenir la road ou prévoir des chaussures de rechange.
  • Du cash ou sa CB : sait-on jamais c’est toujours utile
  • De la crème solaire : les coups de soleil et la peau qui crame vont être vos deux problèmes si vous en faites pas attention. (Au moins en appliquer avant de partir parader).
  • Un make-up qui tient la road : oui mais pas trop si vous prévoyez de winer comme une folle. Vous risquez de finir avec un maquillage qui dégouline. Perso je n’avais que du mascara et du blush.
    Pour celles qui veulent il existe des make-up artistes qui offrent leur service pour chacun des deux jours moyennant entre 150 et 200 euros la prestation.

5. TENUE DU CARNIVAL MONDAY

Le Carnival Monday est l’occasion pour beaucoup de femmes de se faire jolies et sexy avant la parade avec un Monday wear. C’est une sorte de tradition qui est beaucoup apprécié. La tenue du Monday wear se résume souvent à un maillot de bain très sexy. (souvent un monokini).
Les Monday wear ne sont pas donnés (minimum 100€). Perso, cette année j’ai choisi de faire appel à Nicole Lewis, une styliste locale dont j’avais repéré les créations sur Insta. Niveau budget j’ai dépensé 150€.

En toute honnêteté un investissement dans un maillot de bain un peu plus travaillé ou votre créativité peuvent très bien faire l’affaire.
Et si vous avez envie de vous offrir un Monday wear réalisé par un styliste, en voilà quelques uns de sympas : Nicole Lewis, shanyvodesign, Rhion Romany, My Carnival bands, Keishaals, Samantha Ammon.

MÉMO DE CARNAVALISTE


Guide du carnaval de Trinidad & Tobago

MAS/PLAY MAS : jouer la mascarade. L’expression remonte à la période de l’esclavage. Aujourd’hui c’est devenu un terme commun qui veut tout simplement dire défiler avec un band pendant carnaval.

SOCA MONARCH : surnommé le « Super Bowl de la musique soca », Soca Monarch est un concours musical qui récompense les meilleurs artistes de la scène soca (pas seulement ceux de Trinidad et Tobago). C’est un événement annuel très attendu et très populaire dont la finale se déroule chaque vendredi de carnaval (appelé Fantastic Friday).

MASQUERADERS : les personnes qui défilent avec un band. (Ceux qui jouent la mascarade).

THE ROAD : la route, le trajet du défilé de la J’ouvert, du Monday et du Tuesday Carnival.

A WINE/TO WINE : la danse pratiquée sur la musique soca. C’est essentiellement des mouvements de bassins et des fessiers. Un vrai masquerader sait winer seul ou en duo avec un ou une partenaire.

BACCHANAL : faire la fête sans limites. Utiliser pour désigner l’amusement durant le carnaval, la J’ouvert, une fête ou un événement.

LA SOCA : musique locale officielle du carnaval. La soca est un vrai univers plein de joie, d’amour, de partage et de fête. Elle reflète le principe du carnaval lui même.
Pour les possesseurs d’iPhone retrouvez ici, ma ma playlist 100% soca.

Retrouvez aussi sur SoundCloud les mix des DJ soca les plus populaires : ASWAAD, JEL, PUFFY, PRIVATERYAN.

BAND : groupe proposant des costumes ou pack, pour défiler pendant le carnaval.

LES LINES : correspondent aux rangées d’une section :

FRONT LINE : première rangée d’une section. Les costumes conçus pour la front line sont les costumes les plus élaborés. Ils ont les plus grandes plumes en plus d’autres pièces. Ils sont aussi les plus chers;
MIDDLE LINE : la rangée du milieu qui défile derrière la première. Même si les costumes sont moins imposants dans cette rangée, ils sont quand même bien étoffés.
BACK LINE : la dernière rangée de section. Elle défile à l’arrière du band. Les costumes y sont moins extravagants que les deux autres rangées. Ils ont moins de plumes et de parures, ce qui explique qu’ils soient moins chers.

LE STEEL PAN : sans doute une des meilleures choses que j’adore voir et écouter quand je suis à Trinidad et Tobago ! Le steel pan est né lorsque la musique africaine à percussion a été interdite en 1881 à la suite des émeutes de Canboulay. Au lieu de cela, ils ont utilisé des poêles à frire, des couvercles de poubelle et des bidons d’huile comme instruments de percussion. Les groupes de steel pan sont à ce jour un des emblèmes culturels les plus importants de la culture musicale trinidadienne.

CHART : camion qui transporte soit l’animation musicale, la nourriture, un bar, et les autres accommodations dont je parle après.

SECTION : c’est la désignation du rangement par costumes. Chaque section a une conception de costume différente qui est liée au thème général du band. On entend souvent dire « get in your section » durant le carnaval. C’est-à-dire « rangez-vous en fonction de vos costumes et vos bands« ).

COMMITTEE MEMBER : Membres de comité, ce sont des personnes désignées par les bands, par qui il faut passer pour accéder à l’achat de son costume.

TABANCA : sentiment de nostalgie éprouvé quand le carnaval est terminé

Les autres infos pour organiser son carnaval à Trinidad et Tobago


  • Billets d’avion : il faut compter entre 500 et 700€ pour 10 jours, aller et retour (avec une escale ou plusieurs en fonction de la où on part). Ce prix correspond à une réa faite au mois de mars/avril.
  • Où se déroule le carnaval ? : Trinidad et Tobago est une nation qui regroupe deux îles. mais le point de ralliement de toutes les festivités du carnaval est  la capitale, Port-Of-Spain. 
  • Ou loger et comment ? : via Airbnb dans les régions de Port-of-Spain, Diego Martin ou Saint-James
    (communes sympas et proches de la capitale). Pour un budget entre 350€ et 650€. Réserver son logement dès le mois d’avril est fortement recommandé !
  • Vie locale : très agréable, surtout en cette période. Le coût de la vie est peu cher. Et tout se passe à Port of Spain durant le carnaval.
  • Langues parlées : anglais et patois trinidadien. (quelques bribes de français)
  • Monnaie : dollars Trinidadiens (Tities) – 1 dollar TT équivaut à environ 7 euros. Les dollars US sont aussi acceptés. Le mieux reste la monnaie locale. Pour les dépenses le cash est préférable pour éviter les frais. Où je vous recommande d’utiliser la CB REVOLUT, topissime pour les dépenses à l’étranger (pas de frais attribués).
  • Transports : le plus pratique, l’app TTRS (équivalent de UBER) N’hésitez pas à prendre le numéro des chauffeurs pour vous permettre de gagner de l’argent et du temps sur vos courses). Enfin il y a les van taxis, que vous pouvez prendre à des arrêtes définis. Reconnaissables à leurs bande jaunes.
Guide du Carnaval de Trinidad et Tobago.

Défiler durant le carnaval de Trinidad et Tobago revient à atterrir sur une planète où seule la joie de célébrer la vie et de partager ce bonheur avec sa famille, ses amis et tous ceux que l’on croise sur la road, compte. C’est aussi pour beaucoup, un moment unique pour laisser derrière soi les problèmes du quotidien, le stress et les responsabilités .

Ce qui est sûr c’est que j’ai largement atteint l’objectif que je m’étais fixé : profiter à fond. J’ai même eu la grande surprise d’apparaître dans une des stories du compte officiel Instagram de Machel Montano.

Je suis aussi repartie avec de nouvelles connexions. Et de nouveaux amis de carnaval. Cette année a été encore mieux que l’année dernière et au delà de ce que j’avais imaginé. D’ailleurs, le carnaval n’était même pas encore fini qu‘on me demandait déjà si je comptais le refaire l’année prochaine…

Ecrire un commentaire

English EN French FR